Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 04 juin 2009

Two hearts unchained flying

 

A 15 heures je donne le biberon à la petite fille de quatre mois qui sert fort mes doigts, mes cheveux, cette petite poupée russe qui me griffe avec ses ongles qui poussent plus vite que les miens (sept doses de lait je crois, et l'eau réchauffée au micro-ondes dans la cuisine du café d'en face).
A 16 heures j'écoute les histoires de filles à mes côtés tout en laissant mon esprit vagabonder sur la petite princesse Sacha qui me serrerait autant le majeur que Romy le fait à cet instant alors que je lui mets sa tétine dans la bouche.
A 17 heures la poupée russe est dans mes bras, le soleil donne encore sur le quai de Jemmapes, le vin pointe notre bêtise à V et à moi, j'imite la roumaine du métro République "Sivousplait Madamade", un bébé aussi beau et une rousse aux yeux aussi charmants comment ne pas accueillir dans ma poche l'argent du bobo du Canal, à 17 heures un bébé me rend belle aimable et douce.
A 18 heures je suis Porte de Pantin, je dessine des croches sur le ventre du seul bébé que j'aime aimer pendant que sa mère, excédée, babyblues et mari apathique je ne répète plus qu'on rigolera de cette anecdote, je ne sais pas comment lui dire que ces larmes avec sa fille dans les bras sont la solitude d'une femme que je frissonne de devenir mais oui non oui ça refroidit le bonheur à trois faut queje sache que, voiture gagnée, merci mon Kiki, je n'avais jamais connu mon amie dans un tel état, on  nait seul, on meurt seul et on se démerde seule avec bébé mais t'as tes potes et tu sais quoi idiote tu peux leur demander l'univers elles te le donneront à la minute, et le goût sera aussi savoureux qu'un quart Lina's oeufs-avocat, Bree fuck off, crie quand tu hurles, pour de vrai, mère et fille nous on a signé pour de vrai.
A 19 heures je suis une merde de courgette sur mon canapé.
A 21 heures je dîne dans le Marais, après avoir niqué mon collant rouge sur le porte-bagage du vélo. A deux, le vélo, c'est mieux.
A 23 heures, je suis entre l'épilation de la raie du cul de François, l'alcoolisme mou de Nathalie après un zeste d'herbe fraîche et le shampoing à la moelle de boeuf de mon chauffeur.
A deux heures j'entraine deux hommes dans ma salle de bains. Il faut appeler un plombier, il n'y a rien à faire, le syphon de la baignoire est pourave.
A 4 heures je trouve F. toujours aussi charmant mais mon chauffeur est déjà sur le coup, et puis en vrai moi j'aime les garçons qui après deux bouteilles de vin ne confondent pas Baisers Volés avec un film avec Lyv Tyler.
A 5h24, je réécoute ce groupe qui m'a donné du plaisir au moment de trinquer avec *** et j'oublie avoir parlé de deux de mes ex cinq fois de trop dans la soirée à ces deux inconnus qui se disaient romantiques et fidèles.
Moi dans les soirées je parle toujours de l'homme de ma vie et de mon père. Mais rassurez-vous, je dis aussi que les deux me font la gueule.

A 5h36 je trouve gonflé que le garçon en couple avec qui j'ai échangé des coups de reins coeur danstageuletoimeme m'envoie un sms ce soir. C'est drôle, t'as un garçon tu sais qu'il est en couple, tu t'en fous de sa trompette mais non pas tant que ça puis tu l'aimes bien puis tu sais qu'il est pas le nouvel homme de ta vie mais t'aimes sa présence t'aime ses baisers tu t'en fous toi tu t'amuses tu te tends un piège et ce garçon te fait mal au ventre au coeur à l'esprit alors tu choisis de le voir en ami, tu choisis de te dire qu'il fait bien de rester avec les personnes qui pourront l'amener là où ils pensent vouloir aller, tu l'aimes de loin dans son rôle de mec intéressé et c'est dommage et t'as un peu les boules mais tu luis diras jamais et puis un jour il te demande si tu passeras à la soirée de *** ce soir et toi te dis qu'il n'a rien compris à la vie et sans te sentir plus maligne que lui t'as malgré tout le sentiment que les mots pour rien, mieux vaut les dire à des gens qui ne tentent pas de se tromper eux-mêmes plutôt qu'à des gens incapables de regarder le soleil en face. Moi, j'ai les yeux bleux, ça compte pas.

 

The day (we fell in love), APPALOOSA
podcast

 

vendredi, 15 mai 2009

Appaloosa - The Day (We Fell In Love)

Je vous l'avais déjà mis en écoute ici mais je viens de tomber sur le clip...

1/ ça me donne envie de faire l'amour à Santa Barbara dans les terres

2/ il y a un garçon dans le clip qui me rappelle un amoureux du collège/lycée

3/ j'aime toujours autant cette chanson

4/ vous n'aviez pas aimé la première fois alors réécoutez et rendez-vous au manège.

5/ Le jésuite : arrête de parler dans ta barbe, je t'entends d'où je suis, je sais je fais rien que mettre de la musique, râle râle...

http://www.myspace.com/intimate

jeudi, 26 mars 2009

Pas besoin de dormir pour rêver fort

J'ai remarqué qu'au coucher, le temps qui sépare la gorgée d'eau de la lecture de quelques chapitres est de plus en plus long. Comme un pincement ou un coucou qui sonne l'heure, je réalise soudain que ça fait une quinzaine de minutes que je rêve de scènes-oasis, le retour à la réalité est alors moins douloureux quand je me replonge dans l'histoire de Jens Christian Grondahl. C'est tout de même l'une des plus belles choses au monde, ces contes pour grands, rien n'a changé si ce n'est notre tour de hanches et notre taux de cholestérol.

Je remets en ligne le titre qui accompagnait ma note fantôme du week-end, ma chanson coup de coeur du moment.

l_2ab9d771397a426ab5191c3094d379be.jpg
The day (we fell in love), APPALOOSA
podcast