Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 juin 2017

Tristesse d'Olympio - GABRIEL FAURÉ

Extrait d'un poème de Victor Hugo. 

Dans l'album Songs & Mélodies de Gabriel Fauré,sur iTunes.


podcast

Les champs n'étaient point noirs, les cieux n'étaient pas mornes.
Non, le jour rayonnait dans un azur sans bornes
Sur la terre étendu,
L'air était plein d'encens et les prés de verdures
Quand il revit ces lieux où par tant de blessures
Son coeur s'est répandu !

Hélas ! se rappelant ses douces aventures,
Regardant, sans entrer, par-dessus les clôtures,
Ainsi qu'un paria,
Il erra tout le jour, vers l'heure où la nuit tombe,
Il se sentit le coeur triste comme une tombe,
Alors il s'écria :

" O douleur ! j'ai voulu, moi dont l'âme est troublée,
Savoir si l'urne encor conservait la liqueur,
Et voir ce qu'avait fait cette heureuse vallée
De tout ce que j'avais laissé là de mon coeur !

Que peu de temps suffit pour changer toutes choses !
Nature au front serein, comme vous oubliez !
Et comme vous brisez dans vos métamorphoses
Les fils mystérieux où nos coeurs sont liés !

Eh bien ! oubliez-nous, maison, jardin, ombrages !
Herbe, use notre seuil ! ronce, cache nos pas !
Chantez, oiseaux ! ruisseaux, coulez ! croissez, feuillages !
Ceux que vous oubliez ne vous oublieront pas.

Car vous êtes pour nous l'ombre de l'amour même !
Vous êtes l'oasis qu'on rencontre en chemin !
Vous êtes, ô vallon, la retraite suprême
Où nous avons pleuré nous tenant par la main !

samedi, 24 juin 2017

RIOPY - I love you

Remettez-vous au clavier.

Mon piano m'attend, trop longtemps que je le délaisse, on va lui et moi se réapprivoiser, s'engueuler et s'aimer, parce que toutes ces piles de partoches, je vais les faire miennes et pour de bon, pour la vie.

Remettez-vous au piano, OK la blonde  (bisous ma Laeti) est clairement la meilleure mais je m'en fous, j'ai besoin de musique, les disques ne me suffisent plus, j'ai besoin de contact avec ces touches que j'ai trop trop trooooop longtemps mis de côté au profit de choses qui disparaissent, le piano lui il reste fidèle au poste, au boulot Jen et bon plaisir !

Je me remets à la musique classique la nuit et le jour dès la sortie du métro dans la rue, besoin de vrai, besoin de talent, je vous conseille de vous réapproprier cette norme ça fait un bien fou. C'est triste et grandiose, beau et fou, comme la vie mais en plus beau qu'aujourd'hui quoi qu'ils en diront.

bisous.

PS : Dans l'idéal, on va se dire qu'on recommencera par des menuets, puis des musiques de films, et enfin on s'attaquera au dur et là, enpathie compassion mais restons calmes, merde on se remet au piano pour se retrouver, PAS POUR S'ÉNERVER PLUS QUE DEHORS HEIN !!! ;)) COURAGE on peut le faire nom de dieu !