Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Douce comme une licorne (mais pas toujours) | Page d'accueil | MEMORY TAPES - Yes I know »

vendredi, 10 juin 2011

Punaise, je suis pas un cadeau !

Bon en fait ce post a été écrit la nuit dernière, je l'ai effacé le lendemain matin après l'avoir fait lire à mon mec au réveil et en lui précisant que j'étais pompette (et hystéro ?). En fait, je sais pas trop, mais je crois que j'ai besoin d'exorciser mes craintes ici et pour tout vous dire, je comprends pas pourquoi je le fais sachant que mon homme n'aimera pas (et c'est normal, si j'avais un enfant, un père et des plans cul autour (dans son passé hein ! et il n'y en a qu'un en réalité, mais je m'en remets pas de l'avoir vue elle, assise partout où j'ai mes aises aujourd'hui, je suis jalouse c'est dramatique, ça se soigne paraît-il), j'aimerais pas les lire sur un blog de merde. L'envie de détruire quand tout est parfait, fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve, ça me rappelle quelque chose...)

jE SUIS RIEN QU'UNE CONNE, MON MEC EST PARFAIT, J'AI TOUJOURS RÊVÉ DE LE RENCONTRER ET MOI J'ESSAIE DE NOUS CRÉER DES FAUX ENNUIS PARCE QUE J'AI PAS RÉGLÉ MES PROBLÈMES INTERNES OU JE SAIS PAS COMMENT ON DIT QUAND ON A PEUR D'ÊTRE HEUREUX À LONG TERME. bREF, S'IL ME QUITTE, JE L'AURAIS BIEN CHERCHÉ, ET S'IL RESTE, BEN FAUT QUE j'arrête ce blog ou que je cesse d'avoir peur de tout, et là est tout le point noir de ma vie. Faut que je grandisse et faudrait qu'on m'y aide. Tu sais, c'est l'histoire d'une fille née d'un couple un peu bizarre, un peu pas trop classique, en fait juste, j'aimerais pas foirer ce que la vie m'offre et comme j'ai pas confiance en moi, ben j'ai envie de tout saboter. Bref, faut que j'arrête de penser comme si j'avais quinze ans et que Grace me faisait pleurer. Je vais y arriver, faut juste qu'il me laisse le temps. Mais vu comme j'abuse, c'est pas dit.

broken social scene sweetest kill

Les démons qui remontent quand je fais la connerie de regarder en scred les photos des ex de mon mec sur son ordi, il y a la mère de son enfant et la coloc "et + si affinités". Et moi je deviens jalouse non pas de lui, ni même vraiment de son passé, mais de toute cette vie qui pourrait être la mienne si je décidais de tout bazarder. Etre en couple, aimer une petite fille qui n'est pas la tienne, sentir en toi un amour nouveau (pur, si beau) mais aussi une responsabilité, une vigilance de chaque instant (ça c'est quand sa fille est avec nous, je deviens alors responsable et douce comme jamais j'aurais crû savoir être), ben bordel de merde, ça vous file un coup de vieux au moment le plus dark de la nuit !

Comme un serpent qui mue, je m'éloigne de cette gamine insolente pour devenir une femme, une vraie. Et moi, ça, j'ai pas l'habitude. Alors quand le bonheur est trop grand (c'est juste parfait tout le temps), le lendemain j'ai comme un retour de bâton, et alors je me sens submergée par ces vagues d'insouciance et de je-m'en-foutisme qui étaient mes meilleures armes jusqu'à il y a quelques mois. Ca fout les j'tons le bonheur.

Ce soir après avoir vu ces huit mois défiler devant moi (OK la vérité ce qui m'a foutu les glandes c'est de voir la dernière nana assise sur MON lit, MON fauteuil, DANS MA CUISINE et j'imagine la nuit ave Lui, ça me fout la gerbe), strangulation. Presque. Ca fait peur, d'être heureuse. Ca fait peur, d'aimer un homme qui aime, et un enfant, qu'on aime et qui nous le rend bien. Je flippe ma race de devoir abandonner un tant soit peu cette sale gamine fille à papa que j'étais avant Lui. Je serais capable de tout bazarder du jour en lendemain en sachant que je vais contre mon gré; je lutte (un tout petit peu) contre ce côté autodestructeur, je suis un peu beaucoup terrifiée par cet amour entier et sincère que je n'attendais pas si tôt.

Du coup moi qui me voyais enceinte dans un an, je retarde à deux voire trois ans le ventre rond, et deux ans (genre) la cohabition définitive, j'ai envie de me sentir encore presquetrentaine qui se fout de tout. ET SURTOUT, j'ai envie de baiser aussi souvent qui me plaît sans flipper parce qu'on va nous surprendre ou parce qu'un bébé pleurera au mauvais moment. Oui, je veux encore deux ans  d'égoïsme total.

Je l'aime. Et je déteste ce passé sans moi. Et la nature reprendra ses droits.

Ah putain mes amis, ce que c'est dur de s'imprégner de ce fait : être mortel, et vivre tout ce qu'on peut. 

Pfff, on vieillit trop vite, c'est moi ou être en couple augmente la flippe de tout ? On me dit dans l'oreillette que c'est moi, très bien OK, je vais le prendre ce rdv chez le psy, on me parlera d'une mère séductrice et d'un père absent, et on me fera croire que la vie est à prendre du bon bout, et je sortirai de ce merdier après 20 séances qu'il n'y a aucun mauvais bout, juste une vie à vivre sans penser qu'on vieillit. Je le peux je le peux (mon cul ouais).

Je vous le dis, il faut de la constance pour m'aimer ! et il en a, je dirais même qu'il est un peu fou pour garder une relou dans mon genre. Dieu le bénisse.

PS: on était à un mariage le week-end dernier, c'était tellement parfait que je crains l'effet que peut avoir celui du 18 juin sur notre couple. Ca pue l'avenir longue durée, je me fais peur.

PPS : l'autre fois on déposait sa fille à la maternelle et une connasse m'a dit : "tiens, Bip a une nouvelle maman". les mères de l'ouest parisien sont ultra conne sauce chantilly frigide. Le cauchemar. Je resterai dans mon Est parsien, ça c'est sûr. L'angoisse de leur ressembler.

Pour les images (parce que le son, je préfère celui d'avant quand même), mais finalement à minuit vingt avec une bougie, un verre de vin et une dispute qui s'éclaircit (je suis vraiment trop chiante avec ma jalousie et mes névroses bidons) :

Commentaires

02.43, l'heure de la lucidité! ;)
du grand Jen, honnête, directe, pleine de doutes et de questions, qui veut tout et son contraire... j'aime!
et arrête de flipper... il est cool ton mec. Et il t'aime, et tu l'aime, what else?
Bisous ma biche

Écrit par : Cé | vendredi, 10 juin 2011

Je comprends totalement ta jalousie et ta façon de créer des problèmes là où il n'y en a pas. Mais n'est-ce-pas une façon de le mettre à l'épreuve et de voir où sont ses limites? Ou bien une vie trop parfaite te fait flipper, peut-être par peur de perdre ta liberté?
Prends soin de votre amour. Il m'a l'air extrêmement précieux.
Bises

Écrit par : So | vendredi, 10 juin 2011

J'aime bien (re)lire ce genre de posts qui sont tellement typiques de toi.
Sans déconner, juste j'aime.

(oué j lis depuis un putain de bail hein en fait)(vu que j'suis anciennement Folie Privée)(même pendant mes 4 ans de non bloguage de ma part)

Écrit par : Marha Méo | samedi, 11 juin 2011